Vous êtes ici : Accueil > Présentation >

Pourquoi les Banques Alimentaires ?

Contexte Economique et Social

Paradoxe des sociétés industrialisées, leur richesse croît globalement produisant des biens en abondance, tandis que certains de leurs membres ont toutes les peines du monde à satisfaire un besoin pourtant de base, à savoir se nourrir sainement et convenablement; Mécanismes de l’économie de marché aboutissent à des absurdités économiques et humanitaires. Des denrées sont gaspillées alors qu’elles pourraient être employées utilement, comme les excédents agricoles, la surproduction des industries agro-alimentaires toujours consommables;

Comment expliquer cette situation paradoxale, injuste dans laquelle faim et gaspillage coexistent de nos jours ?

Fondement de l'intervention

Partant de ce constat de dysfonctionnement, l’intervention humanitaire se fonde sur l’article 25 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme : «Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé et ceux de sa famille, notamment l’alimentation, l’habillement, les soins médicaux, le logement ainsi que les services sociaux nécessaires». La mobilisation des Banques Alimentaires s’appuie sur ce droit fondamental, afin de se procurer les denrées nécessaires dans des conditions viables et satisfaisantes du point de vue sanitaire. D’une part, parce qu’aujourd’hui, dans notre pays, des milliers de personnes, de toutes conditions et de tous milieux confondus, connaissent l’inacceptable: LA FAIM!

Fierté humaine oblige, cette pauvreté est souvent cachée, masquée par ceux qui la vivent. D’autre part et pour toutes sortes de raisons, aux différentes étapes de production et de distribution des denrées alimentaires, il y a des excédents, invendables ou invendus mais toujours consommables, qui permettent de venir en aide à ces personnes fragilisées et vulnérables.


Qui sommes-nous ?

Historique

Les Banques Alimentaires ont vu le jour en 1967 aux Etats-Unis. Notre croisade contre la faim et le gaspillage a commencé en Belgique en 1986.

Les fondateurs belges avaient imaginé une durée de vie de 20 ans des Banques Alimentaires, cependant, force est de constater que nous sommes toujours bien présent sur le terrain et que notre activité est devenue un besoin essentiel et vital en termes d'aide alimentaires à l'égard des démunis de notre pays.

Objectifs

L'objectif fondamental des Banques Alimentaires consiste à lutter contre la faim et le gaspillage en Belgique, en collectant auprès de l'industrie agro-alimentaire et de la grande distribution les surplus et/ou les invendus, dont elles font bénéficier les démunis.

Ce sont les surplus dont les producteurs et les distributeurs doivent se débarrasser d’une façon ou d’une autre. Pour éviter ce gaspillage, la Banque Alimentaire de Liège récolte ces produits encombrants pour les uns et indispensables pour les autres.

Au vu de la conjoncture actuelle, nous sommes de plus en plus confrontés à une demande toujours plus importante provenant de nos associations caritatives agréées, le nombre de démunis ainsi que les personnes vivants sous le seuil de pauvreté ne cessent d'augmenter de façon alarmante, le but est donc d’arriver à changer certaines mentalités et à mieux sensibiliser les entités concernées en passant par le producteur jusqu’au consommateur.

surplus surplus

Lutter plus efficacement contre ce gaspillage est un enjeu de société majeur qui doit engager la responsabilité de tous. Nous devrions considérer que cette lutte ne vise pas seulement à diminuer tacitement son existence, mais c’est miser sur sa suppression car elle est indigne de notre société soi-disant développée. Les Banques Alimentaires sont un outil essentiel en ce qu’elles permettent aux personnes à revenus modestes d’avoir accès à une alimentation régulière. Cette lutte contre le gaspillage s'inscrit donc d'une manière plus large dans la lutte contre les excès de consommation ou de surconsommation.

La Banque Alimentaire de Liège, via ses associations caritatives qui distribuent, assurent une mesure concrète d’aide. La distribution, qui répond à un besoin vital, doit être assurée dans le respect de la dignité humaine.

Toutes les Banques Alimentaires ont le même historique.

La banque alimentaire sur RTBF dans l'émission "Au quotidien"

Loading the player ...


Que faisons-nous ?

L'esprit d'initiative

Nos approvisionnements proviennent d'excédents de productions, de l'industrie agroalimentaire et des grandes surfaces mais aussi des surplus de l'Union européenne.

Ils sont collectés localement et à l'échelle nationale dans le strict respect des impératifs d'hygiène et de sécurité alimentaire.

Tous ces apports sont gratuits. S'y ajoutent des dons de vivres offerts par des particuliers au cours de collectes nationales.

Notre charte

Une éthique et une charte de base

L'action de la Banque Alimentaire de Liège est basée sur ces quelques règles d'éthiques, à savoir :

La Gratuité :

Tous les surplus alimentaires de l’industrie, de la grande distribution, des criées et de l’Union européenne ou même du grand public doivent être reçus gratuitement. De même que, tous ces surplus distribués aux démunis via nos associations caritatives doivent également l’être à titre gratuit.

La Distribution :

La Banque Alimentaire de Liège veut être au service des démunis par l’intermédiaire de ses associations caritatives agréées qui sont plus proches des démunis et les encadrent socialement. C’est via ce canal de distribution que les vivres parviennent aux démunis.

La Qualité :

La Banque Alimentaire de Liège doit s’assurer à tout moment que les denrées qu’elles distribuent sont parfaitement conformes aux normes de sécurité alimentaire.

Pour ce faire :

  • nous vérifions la qualité de tous les produits entrants,
  • nous veillons à ne pas interrompre la chaîne du froid,
  • nous contrôlons systématiquement le respect des dates de péremption,
  • nous imposons à tous nos adhérents le respect de ces mêmes normes d'éthiques.

Le Volontariat :

Toutes les personnes prestant auprès de la Banque Alimentaire de Liège sont bénévoles, à tous les postes et à tous les stades de cette exceptionnelle « chaîne alimentaire ». Il s’agit de manutentionnaires, de chauffeurs, de responsables d’entrepôt, de qualité d’approvisionnement et de quelques administratifs. Toutes ont décidé de mettre leur professionnalisme au service quotidien de ceux qui ont faim.

« Vous ne donnez que peu lorsque vous donnez de vos biens. C’est lorsque vous donnez de vous-même que vous donnez réellement » (Khalil Gibran)

L'organisation

La Banque Alimentaire de Liège est structurée comme une entreprise de distribution qui est coordonnée et contrôlée dans une certaine mesure par la Fédération des Banques Alimentaires de Belgique.

La Banque Alimentaire de Liège est en contact avec les grandes surfaces, les criées et les entreprises agro-alimentaires de la Province de Liège afin d'obtenir tous leurs surplus respectifs, il s'agit en général de produits exigeant une redistribution rapide, dans ce contexte, nous fonctionnons de façon autonome.

En résumé, les sources de vivres proviennent principalement de ces 4 sources de distribution :

source de distribution

Les vivres obtenus sont redistribuer auprès de nos nombreuses associations caritatives de la région de Liège au prorata du nombre de démunis que chacune aide, ainsi se réalise le principe de solidarité régionale.

La logistique

Nous disposons d'un entrepôt dans lequel est organisé :

  • l’acheminement des denrées collectées,
  • leur tri et leur stockage,
  • le contrôle de qualité,
  • le suivi de la chaîne du froid,
  • la gestion des stocks

La distribution

Les vivres reçus gratuitement sont redistribuées gratuitement à nos différentes associations caritatives agréées qui en font bénéficier les démunis qui ont pour vocation d’aider concrètement les plus démunis pour favoriser leur réinsertion dans la société.

L’apport en vivres qui leur est assuré par notre service les aide à confectionner les colis – souvent composés en fonction des besoins spécifiques de chaque famille – ou les repas distribués dans divers restaurants sociaux.


Les associations qui constituent ce vaste réseau de distribution sont très diversifiés :

  • centres sociaux agréés,
  • maisons d’accueil pour enfants et adolescents, SDF sans ressources,
  • entraides de quartier, rurales, urbaines, régionales,
  • restaurants sociaux
  • ……

Toutes adhèrent à une convention d’affiliation par laquelle – outre le fait de ne faire aucun commerce des vivres reçus gratuitement – elles s’engagent à offrir les garanties d’hygiènes et d’infrastructure adéquate à la préservation et au stockage des aliments, ainsi qu’à la bonne organisation de la distribution de ceux-ci et d’accompagnement social de leurs bénéficiaires.

Vous trouverez la liste de toutes nos associations caritatives agréées en cliquant ici.

L’agréation de nouvelles associations est également une préoccupation permanente au sein des BA !

Les coûts

La Banque Alimentaire de Liège fonctionne comme une entreprise aves des services de logistique, d’approvisionnement, de distribution et administratifs mais elle n’achète rien et ne vend rien !

    Néanmoins, et même si tout le monde y est bénévole, les coûts d’exploitation sont importants, à savoir :

  • les loyers,
  • les transports,
  • le stockage,
  • les frais inhérents de fonctionnement (électricité, …),
  • la manutention,
  • les assurances coûtent et nécessitent des investissements importants

Nous finançons ces coûts uniquement par des dons privés car nous ne recevons pratiquement aucun subside !

Constats

  • Même si notre service est organisé et fonctionne comme une entreprise de distribution, notre raison d’être est avant tout d’apporter un complément de bien-être aux plus démunis de notre société;

  • Le contrôle de notre efficacité doit donc, par priorité, se faire sur l’impact humain de notre action, qui est une cause noble et une expression concrète de solidarité et d’ engagement personnel, puisqu’elle vise à venir en aide aux personnes les plus vulnérables et fragilisées;


  • A ce jour, nous soutenons rien que dans la Province de Liège 82 associations caritatives agréées, ce qui équivaut à un recensement de plus de 23.661 démunis qui vivent dans la précarité et la pauvreté.

  • Cependant, force est de constater malheureusement que ce nombre ne cesse de progresser, la demande est toujours plus importante et nous rencontrons régulièrement des difficultés à subvenir à ces besoins vitaux car dans certains cas, l’approvisionnement suffisant fait défaut.

Photos de notre dépôt à Ans